Vous lisez
6 QUESTIONS SUR LA VACCINATION

6 QUESTIONS SUR LA VACCINATION

L’EXPERT

Docteur Marie Bénichou

Pneumologue, au sein de la clinique médicale et cardiologique d’Aressy

QUEL EST LE PRINCIPE DE LA VACCINATION? 

Un vaccin sert à protéger notre organisme contre certaines maladies infectieuses. Il permet de booster notre système immunitaire c’est-à-dire notre système de défense contre les micro-organismes. Un micro-organisme est un organisme que l’on ne peut pas voir à l’œil nu.

Il en existe deux sortes : les bactéries et les virus.

Les bactéries sont capables de se multiplier seules. Il existe de bonnes bactéries comme celles que l’on peut retrouver dans l’intestin (exemple lactobacillus) et de mauvaises bactéries qui peuvent nous rendre malades (exemple le clostridium responsable du tétanos). Les bactéries sont sensibles aux antibiotiques, qui représentent le traitement de beaucoup d’infections bactériennes.

Les virus ne peuvent pas se multiplier seuls. Pour se développer ils doivent rentrer dans une cellule cible (d’un homme ou d’un animal) pour s’y multiplier et souvent infecter la personne et donner une maladie (exemple le SARSCov2 responsable de la COVID 19). Les virus ne sont pas sensibles aux antibiotiques.

DEPUIS QUAND EXISTENT LES VACCINS?

C’est l’anglais Jenner qui a découvert au XVIIIe siècle que l’inoculation à l’homme du virus de la vaccine (virus responsable d’une maladie des vaches, bénigne pour l’homme), protégeait contre la variole une maladie très grave pour l’homme. Plus tard au XIXe siècle le Français Pasteur a mis au point la méthode consistant à utiliser des virus atténués ou tués pour produire des vaccins. 

La vaccination a permis d’éradiquer des maladies graves et mortelles comme la variole, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite qui décimaient les populations et laissaient de graves séquelles aux survivants. Elle a considérablement réduit la sévérité et la fréquence des maladies infantiles comme la coqueluche et la rougeole.

Pour certains virus ou bactéries qui sont stables et peu sujets aux mutations la protection par le vaccin est durable et peut durer parfois plusieurs dizaines d’années voire presque toute la vie.

On ne peut pas vacciner contre toutes les maladies infectieuses. En effet, certains virus vont muter au cours du temps, c’est-à-dire subir des changements. Par exemple, le virus du SIDA mute très rapidement c’est pourquoi on n’a pas pu développer un vaccin à ce jour. Pour des virus instables qui mutent assez souvent comme celui de la grippe, il faut faire chaque année un nouveau vaccin qui tient compte des mutations.

Pour le SARSCOV 2 on ne sait pas encore quelle sera la durée de protection, mais on voit déjà que le potentiel de mutation de ce virus existe. Pour l’instant les vaccins existants utilisent la protéine Spike de l’enveloppe du virus qui est commune aux différents mutants et ils restent efficaces. Le fait de vacciner rapidement la population mondiale pourrait permettre de créer l’immunité collective et d’éviter l’apparition de nouveaux mutants.

Actuellement chaque année 2 à 3 millions de personnes dans le monde sont sauvées par la vaccination (données de l’OMS), avant la pandémie.

COMMENT MARCHE UN VACCIN?

Le vaccin sert à stimuler et à éduquer notre système immunitaire. Les globules blancs sont nos soldats.

En première ligne il y a les macrophages (c’est-à-dire les “gros mangeurs“) qui peuvent manger les virus ou les bactéries intruses, puis donner l’alerte et transmettre le message “attention, il y a un intrus” à d’autres globules blancs, les soldats de deuxième ligne, appelés lymphocytes.

Il y a les lymphocytes T qui vont tuer les cellules infectées, et les lymphocytes B qui fabriquent des anticorps spécifiques à l’intrus. Le système des lymphocytes met du temps à se mettre en place la première fois, environ deux semaines. Mais ces lymphocytes ont une mémoire et quand ils ont appris à reconnaître un ennemi, ils vont réagir beaucoup plus vite et sont prêts à dégainer quand l’ennemi se présente à nouveau.

Dans un vaccin, on injecte à la personne une partie non dangereuse du virus ou un virus tué ou inactivé ce qui va mobiliser le système immunitaire des lymphocytes et l’éduquer grâce à sa mémoire. Les lymphocytes éduqués et spécialisés seront capables désormais d’arrêter tout de suite la progression du virus actif quand il se présentera.

POURQUOI SE FAIRE VACCINER?

• Pour limiter et si possible arrêter la propagation de la maladie (intérêt collectif), et permettre de reprendre une vie sociale. Pour cela il est nécessaire de vacciner un très grand nombre de personnes.

• Pour vous sauver la vie si vous êtes à risque et de toute façon se protéger et protéger ses proches fragiles (personnes âgées, femmes enceintes, jeunes enfants ou personnes malades) (intérêt individuel).

Certaines vaccinations ont été rendues obligatoires pour les enfants (11 vaccins entre 2 et 18 mois), c’est ce qui a permis d’éradiquer certaines maladies comme la variole qui a fait 300 millions de morts au XXe siècle et a complètement disparu de la planète grâce à un vaccin sûr et efficace. De même la poliomyélite qui donnait des paralysies et des insuffisances respiratoires gravissimes a disparu à 99,9 %.

La vaccination contre le COVID reste actuellement un acte libre et volontaire. La vaccination est gratuite en France. C’est un des moyens de lutter contre une maladie, les autres étant les gestes barrières et les traitements.

On peut déjà affirmer que le rapport bénéfice/risque des vaccins disponibles et agréés par les agences sanitaires est pour l’instant très favorable mais nécessite une surveillance attentive et prolongée.

SI JE SUIS VACCINÉ, PUIS-JE ENCORE ATTRAPER LE VIRUS ET ÊTRE CONTAGIEUX? 

La vaccination n’empêche pas le virus de pénétrer dans notre corps mais elle stimule nos défenses naturelles (l’armée de lymphocytes) qui sont éduquées et mobilisées très rapidement, nous empêchant de développer une maladie grave. Lorsque nous sommes vaccinés, nous pouvons transporter le virus mais en quantité moindre et beaucoup moins longtemps. C’est pourquoi on recommande de maintenir les gestes barrières tant que l’épidémie est active.

EST-IL NORMAL D’ÊTRE FATIGUÉ APRÈS UN VACCIN?

A lire aussi

Le vaccin stimule le système immunitaire ce qui demande beaucoup d’énergie à votre corps et provoque des réactions. À l’endroit de la piqûre une inflammation peut apparaître : c’est signe que les globules blancs macrophages (gros mangeurs) arrivent sur le lieu de l’injection pour défendre votre organisme. La fièvre, les rougeurs, la douleur représentent aussi la réaction de votre organisme face à l’arrivée d’un intrus. C’est normal et cela indique que votre système immunitaire de première ligne est réactif.

La surveillance étroite à chaque étape du développement est prolongée après la commercialisation pour dépister d’éventuels effets secondaires très rares.

LA VACCINATION COVID19 AU SEIN DE LA CLINIQUE D’ARESSY

La clinique médicale et cardiologique d’Aressy a un rôle essentiel à jouer dans cette campagne vaccinale dans le cadre de sa politique de prévention des risques sanitaires.

Elle a lancé la première phase de vaccination dès le 7 janvier 2021 par la vaccination des professionnels de l’établissement ayant plus de 50 ans.

Aujourd’hui :

> 89 % des médecins 

> 56 % des personnels soignants sont vaccinés.

Les professionnels qui ont contracté le virus du COVID19 ne sont pas comptabilisés car ils doivent attendre 4 mois avant de se faire vacciner.

CLINIQUE MÉDICALE ET CARGIOLOGIQUE D’ARESSY

Route de Lourdes
BP 35 – 64320 ARESSY

www.elsan.care/fr/clinique-aressy

© Si Séniors Magazine 2020. Tous droits réservés
Réalisation : CréaSud Communication.
Haut de page